> Urban2 / Unicités >> les projets
accueil » Liste des projets d'Unicités » Comité d'Etude et d'Information sur la Drogue (CEID)
programme européen d'aide au développement économique et social des zones urbaines à revitaliserUrban2 / UnicitésBordeaux Cenon Floirac
 
Intervention auprès des jeunes en errance à Bordeaux
 
 
« Projet précédent  -  liste des projets  -  Projet suivant »
 

Synthèse

Le CEID est une association fondée en 1972 à Bordeaux. Elle a pour but principal de prendre en charge des usagers de drogue et toxicomane dans le département de la Gironde.

Il apparaît que le centre-ville de Bordeaux accueille de façon de plus en plus massive et continue tout au long de l’année une population de jeunes en errance. Ces jeunes en rupture familiale vivent dans le plus grand dénuement et donc d’expédients divers dont la « manche » et de petits trafics. Fréquemment consommateurs de substances psychoactives diverses, ils présentent de grandes difficultés sur les plans psychologique, sanitaire et social et n’ont que très peu recours aux structures de droit commun. De plus, cette population très visible et parfois bruyante suscite fréquemment une certaine inquiétude chez certains riverains, ce qui accroît les risques de stigmatisation et de rejet réciproques, le sentiment d’insécurité et donc réduit d’autant les possibilités de resocialisation apaisée. Les professionnels estiment cette population à 200 personnes en permanence à Bordeaux. On les retrouve principalement dans les quartiers de Saint-Michel et de Saint-Jean/Belcier.

Le projet propose donc d’intervenir auprès de cette population par un travail de contact de proximité (travail de rue) articulé avec une offre d’accroche socio-culturelle (accueil dans un local proposant une initiation/formation aux arts de la rue) et avec des possibilités d’orientation/accompagnement vers les services de droit commun.

Ces modalités d’intervention (travail de rue, arts de la rue) ont été retenues car susceptibles de témoigner d’une reconnaissance de leur mode de vie et de leurs pratiques culturelles permettant ainsi d’établir un premier lien de confiance nécessaire à notre projet de resocialisation orienté vers une population quelque peu « farouche ». Les arts de la rue sont par ailleurs un bon support pédagogique car respectant à la fois une certaine vocation à une marginalité nomade de ces jeunes et un projet de resocialisation.

Le projet vise trois objectifs :
- établir un lien avec ces jeunes en errance
- les accompagner dans un travail de resocialisation utilisant un support culturel attractif
- les orienter vers les dispositifs de droit commun, sanitaires et sociaux

Concrètement, le projet repose sur l’affectation d’un équivalent temps plein d’éducateur spécialisé, expérimenté auprès de cette population, avec une mission de travail de rue orienté vers ce public et en lien avec les autres partenaires de terrain, d’accueil des jeunes dans le local (après-midi) et d’articulation avec les intervenants culturels. Ces derniers sont pour partie issus du milieu visé et compétent techniquement en la matière. Le local situé dans l’ancienne école du cirque (place Amédée Larrieu) est parfaitement adapté et ne serait pas exclusivement affecté à cette activité pour limiter les risques de stigmatisation/ghettoïsation.

 
 

Cohérence avec Urban

Ce projet contribue au développement durable car il favorise l'insertion des personnes confrontées à des situations extrêmes d'exclusion, l'amélioration de l'environnement urbain de la gare et la lutte contre le sentiment d'insécurité. Il s’agit là d’une approche innovante pour réinsérer des personnes en errance. Ce projet vient en complément du chantier d’insertion des SDF cofinancés par Urban.
 
« Projet précédent  -  liste des projets  -  Projet suivant »
 
Maître d'ouvrage :
Comité d'Etude et d'Information sur la Drogue (CEID)
 
Date de début des travaux :
septembre 2006
Date de fin des travaux :
août 2007
 
 
Coût Total : 90.160 €
Montant FEDER : 30.750 € (34,11%)
Etat (DDASS) : 10.000 € (11,09%)
Etat (MILDT) : 11.000 € (12,2%)
Conseil général : 19.205 € (21,3%)
Ville de Bordeaux : 19.205 € (21,3%)